Architecture créative

Travailler autant que l’architecte

À Montréal autant qu’en voyage, nous avons l’occasion de voir de magnifiques édifices. Nous pouvons les photographier dans leur entièreté, mais si nous voulons faire des photos vraiment intéressantes, nous nous devons de les recomposer dans des points de vue inédits. En d’autres mots, nous devons exercer notre créativité et travailler aussi fort que l’architecte.

Pour vous aider à y parvenir, nous reverrons les règles de compositions et nous vous montrerons comment les appliquer à ce type de photographie.

Point fort et règle des tiers

À bout de ciel

Point fort virtuel

Il assez rare qu’un édifice comporte un point fort, de sorte qu’appliquer la règle des tiers est généralement plutôt difficile en photographie d’architecture. Ce que nous faisons à la place, c’est utiliser les perspectives d’une rue ou d’un édifice pour diriger le regard vers l’un des 4 points de la règle des tiers. Dans la photo ci-contre, la ligne maîtresse des trois silos amène le regard vers une portion de ciel bleu, mais cet endroit est situé selon la règle des tiers. C’est ce qui rend la photo intéressante, même s’il n’y a pas de point fort proprement dit.

Cadrer serré

Une belle photo doit être organisée de façon à ce que l’oeil reste le plus longtemps possible à l’intérieur de celle-ci. Pour que ça fonctionne, la photo doit comporter un nombre limité d’éléments intéressants que le spectateur regarde à tour de rôle. Il faut donc éviter un trop grand ou un trop petit nombre d’éléments dans la photo.

Les lignes

Les troubadours

Cadrage horizontal, photo paisible

Les lignes sont omniprésentes en photographie d’architecture. Il est important de savoir ce qu’elles évoquent. Une photo dans laquelle les lignes horizontales dominent inspirera le calme et la profondeur. À l’inverse, une photographie dont les lignes verticales dominent produira un effet de proximité, voire d’étouffement. Les diagonales tendent à faire sortir l’oeil rapidement de la photo. Il faudra donc les arrêter avec une verticale, une horizontale ou au moins éviter qu’elles ne traversent la photo.

L'assaut des infidèles

Cadrage vertical, photo guerrière

Nous pouvons utiliser les étages éclairés d’un édifice la nuit pour créer un parcours discontinu qui rendra la photo très dynamique.

La lumière

L’orientation de la lumière est crucial en photographie d’architecture. Heureusement, il suffit souvent de faire le tour de l’édifice pour trouver une façade qui est éclairée dans un angle qui produira un éclairage rasant qui fera ressortir les détails de l’architecture.

Les édifices anciens ou même délabrés offrent une texture particulièrement riche que nous pouvons exploiter pour susciter l’intérêt du spectateur. L’eau peut également être utilisé pour brouiller les surfaces du fond des fontaines ou le reflet des édifices.

Le point de vue

Le tablier percé

Point de vue inédit de la Tour Eiffel

Il est souhaitable de trouver des points de vue inédits, surtout lorsque nous photographions des édifices connus. Dans la photo ci-contre, la Tour Eiffel est photographiée à travers l’ouverture du premier tablier. Ça fait changement de la vue du Trocadéro que nous retrouvons partout.

Les distortions de perspectives

Lorsque nous photographions un édifice élevé, notre appareil est forcément basculé vers le haut. Ceci introduit une distortions qui fait converger toutes les lignes vers le haut. Pour éviter cet effet, il faudrait que notre appareil-photo soit parfaitement horizontal, ce qui est impossible la plupart du temps. Il existent des objectifs à décentrement qui permettent de corriger les perspectives à la prise de vue, mais il sont très dispendieux. Heureusement, les logiciels comme Lightroom et Photoshop permettent de corriger les perspectives en post-traitement. Il faut cependant prévoir un espace supplémentaire autour de l’édifice afin que celui-ci ne se retrouve pas coupé après la correction.

Buts de l’atelier

Exercer sa créativité en variant les points de vue et en recomposant les détails d’édifices.

Matériel photo conseillé

N’importe quel appareil-photo numérique, compact, reflex ou sans miroir convient pour cet atelier. Dans le cas des appareils à objectif interchangeable, une variété d’objectifs est un atout mais pas une nécessité. Un trépied est nécessaire s’il pleut le jour de l’atelier car nous allons alors à l’intérieur.

Calendrier des ateliers

Cliquez sur l’image ci-dessous pour connaître les dates des ateliers et pour vous inscrire.

Calendrier des cours