Maîtrise du flash

Le soleil dans son sac photo

Vous avez acheté un flash. Vous l’avez essayé. Il produisait une lumière froide et sans relief. Vous l’avez rangé. Vous l’utilisez parfois pour prendre des photos souvenirs lors d’événements. Mais il peut faire bien plus.

On utilise le flash pour éclairer un sujet trop sombre, bien sûr, mais on peut également l’utiliser pour réduire un contraste trop fort, pour obtenir une meilleure lumière, pour surprendre.

Comment ça fonctionne

Un appareil-photo comporte deux rideaux. Le premier rideau s’ouvre pour exposer le capteur, puis le second rideau se ferme. Lors d’une exposition très brève, le second rideau commence à se fermer avant même que le premier n’ait complètement dévoilé le capteur. Lors d’une exposition plus longue, le capteur est complètement dévoilé pendant un instant plus ou moins long. Sauf exception, c’est seulement dans ce second cas qu’on peut utiliser le flash, avec des vitesses d’obturation de 1/250 de seconde ou plus, pour la plupart des flashs. L’éclair du flash est très bref, entre 1/1000 et 1/40000 de seconde.

La lumière faiblit avec la distance

L’intensité lumineuse diminue en fonction du carré de la distance. Par conséquent, plus un sujet est éloigné, plus il faut augmenter l’exposition pour compenser.

La lumière diminue rapidement lorsque la distance est faible, et plus progressivement lorsque celle-ci augmente. Vous avez certainement pris des photos dans lesquelles les sujets proches étaient trop éclairés alors que les sujets plus éloignés étaient dans le pénombre. Dans ces circonstances, il suffit de s’éloigner pour que la lumière soit davantage équilibrée.

En mode manuel, le flash peut faire tous les calculs

En mode manuel, le flash peut faire tous les calculs

Un flash peut travailler dans trois modes: manuel, automatique et TTL. Ce dernier est également un mode automatique, mais c’est l’appareil-photo, plutôt que le flash, qui prend le contrôle de l’exposition. Ce mode est plus efficace que le mode dit automatique. Lors de cet atelier, nous travaillerons en mode manuel, car c’est celui qui nous permet de vraiment comprendre ce qui se passe. Nous apprendrons à doser à la fois la lumière ambiante et celle du flash pour produire des résultats étonnants.

C’est le nombre guide qui permet de calculer l’exposition nécessaire en fonction de la distance. Mais heureusement, la plupart des flashs sont capables d’effectuer tous les calculs pour vous et d’afficher le résultat sur l’écran dont ils sont munis. Lorsque ce n’est pas le cas, il existe des applications pour les téléphones intelligent, telle que Photo Aide sur iPhone ou iPod touch, qui peuvent le faire à leur place.

Un flash peut produire une très belle lumière

Lumière ambiante sans intérêt

Lumière ambiante sans intérêt

La pire endroit pour placer le flash, c’est sur l’appareil-photo. On a alors une lumière crue, dure, sans ombres. La photo manque de relief. C’est comme le soleil de midi. Mais il suffit d’avoir un câble extensible TTL pour placer le flash ailleurs et obtenir une belle lumière rasante. On peut ajouter réflexion et diffusion pour rendre la lumière plus douce si on le désire.

La plupart des flashs peuvent fonctionner à distance, sans câble. Dans ce mode, ils fonctionnent cependant en mode automatique, car il n’y a pas de communication entre le flash et l’appareil-photo. L’appareil-photo utilise le flash intégré pour indiquer au flash externe que c’est le temps d’émettre son éclair, mais c’est le flash externe qui contrôle l’exposition. L’utilisation d’un câble donne de meilleurs résultats car l’appareil-photo peut communiquer au flash son ouverture, sa vitesse d’obturation, son ISO, la focale de l’objectif, etc. Ces données sont nécessaire pour que le flash puisse faire les calculs en mode manuel.

Un coucher de soleil simulé au flash

Un coucher de soleil simulé au flash

On n’a pas toujours le loisir d’attendre une belle lumière pour prendre une photo. Si on visite Venise à 14h avec notre conjoint ou avec un groupe, on sera probablement au restaurant lors de la belle lumière, juste avant le coucher du soleil. Mais avec un flash, on peut faire fi de la lumière ambiante pour y substituer celle du flash, que l’on peut orienter et colorer à notre guise. Nous avons un coucher de soleil dans notre sac photo! Il suffit de l’utiliser.

Buts de l’atelier

Comprendre le fonctionnement du flash. Prendre des photos en mode manuel en conjuguant à la fois la lumière ambiante et celle produite par le flash. Apprendre à placer le flash au bon endroit pour obtenir une belle lumière.

Matériel photo conseillé

Câble extensible TTL

Câble extensible TTL

Un appareil-photo muni d’un flash externe. Le flash intégré n’est pas suffisant pour cet atelier. Si votre flash est capable d’effectuer les calculs d’exposition en mode manuel, un câble extensible TTL est fortement conseillé afin de pouvoir placer le flash ailleurs que sur l’appareil-photo dans ces circonstances.

N’importe quel objectif peut être utilisé pour cet atelier. Le trépied n’est pas obligatoire, mais il peut être utile pour éviter de devoir tenir à la fois l’appareil-photo et le flash lors de l’utilisation du câble TTL.

Cours préalable suggéré

Cet atelier présume que vous avez une connaissance de base de l’histogramme et de la prise de photos en mode manuel. Ces notions sont enseignées dans l’atelier Maîtrise de la lumière 1.

Calendrier des ateliers

Cliquez sur l’image ci-dessous pour connaître les dates des ateliers et pour vous inscrire.

Calendrier des cours